Thierry Demière

Alcool



Les grands vins et les bonnes bouteilles ont leurs rites, leurs langages. Autour de moi, il n’y a pratiquement que des vignerons… et un bistrot ! Ici, comme ailleurs, l'alcool est banalisé, glorifié.

En faisant fermenter des fruits ou des céréales en obtient un produit dégradé qui ne peut être consommé qu'en petites quantités. C'est Paracelse, le grand médecin qui disait au 16e siècle : « C'est la quantité qui fait le poison ».

Que survienne un problème précis ou une angoisse diffuse, il est tentant d’essayer d'effacer cette souffrance en buvant progressivement un peu plus et encore un peu plus…

Et c'est là que réside tout le problème. Il est très facile de boire toujours un petit peu plus, jusqu'au jour où le plaisir devient dépendance.

Face à un souci passager ou un mal-être continu, on serait tenté de boire plus.

La volonté ne suffit pas toujours. Et c'est normal : la partie consciente, c’est à dire votre cerveau gauche, est bien moins puissante que la partie inconsciente, c'est-à-dire votre cerveau droite et c'est là que l'hypnose intervient en permettant d'accéder à votre inconscient et de le reprogrammer.

Vous n’aurez alors plus envie et plus besoin d’alcool.


 en savoir + email